Etrange cas de censure à Short Film Corner


 

 

 

 

 

 

Si vous êtes un jeune et ambitieux réalisateur et si vous voulez participer au festival de Cannes avec votre court métrage vous pouvez l’inscrire au Short Film Corner (SFC) afin d’augmenter ses chances de visibilité et de diffusion de votre œuvre, ce que promettent les organisateurs. Les chiffres indiquent pour l’année dernière : 1955 films inscrits et 97 pays représentés.

Comme beaucoup de cinéastes, Patrick Hadjadj inscrit son film : La Fuite de l’oléoduc de Lituanie (2011).  Pourtant quelques jours après, le SFC refuse l’inscription de son court. Il semblerait que la mention au générique début : “Sur une idée originale de Vladimir Poutine” pose problème aux organisateurs. De plus ce refus est définitif, les organisateurs du SFC ne revenant jamais sur une décision.

Or, cette décision pose réellement problème au vu du film. La Fuite de l’oléoduc de Lituanie évoque par une série de touche humoristique la nostalgie de l’amour, tout en tournant en dérision la vie politique et économique de notre monde actuel. Sa forme évoque les films d’espionnage parodiques du temps de la guerre froide. Alors pourquoi un tel refus ? Excès de zèle de la part des organisateurs ? Autocensure ? Le même film avec le même crédit au générique mais en caractère cyrillique aurait-il connu même sort ? Toujours est-il que Patrick Hadjadj ne pourra « concrétiser des rencontres et engager des actions déterminantes pour (sa) carrière future » au Festival de Cannes. Patrick Hadjadj place maintenant tous ses espoirs dans le prochain Festival de Moscou.  R. B.

Les commentaires sont clos.