L’Echappée amoureuse – Romas Zabarauskas

Indre célèbre actrice en Lituanie débarque chez Romas, réalisateur qui vit un moment idyllique avec son nouveau copain un mexicain, Carlos. Elle raconte sa rencontre avec une professeure d’art  dramatique qui l’avait remarquée et invitée à venir aux Etats-Unis pour suivre un cursus de comédienne. Indre avoue d’avoir tué accidentellement sa mère en essayant de récupérer l’argent qu’elle lui devait et dont elle a tellement besoin afin de poursuivre son rêve. Romas va tenter de couvrir son amie pour échapper à la police et aux journalistes. La situation l’inspire et l’idée d’un nouveau scénario germe dans sa tête…

On a déjà rencontré Romas sur notre site, où il avait expliqué que son nouveau film (en l’occurrence Échappée amoureuse) allait raconter l’histoire de son « moi » fictionnel, ce qui est tout au moins intriguant. Pour incarner son double, Romas Zabarauskas, activiste LGBT en Lituanie, fait appel au comédien Denisas Kolomyckis. Dans l’Echappée amoureuse, le cinéaste joue à un jeu ensorcelant avec le spectateur, avec ses comédiens et avec lui-même. De ce fait, il y a plusieurs mises en abyme. Est-ce un réalisateur en tant que personnage complètement fictif, est-ce un reflet documentaire, une projection potentielle ou hypothétique ? D’ailleurs le réalisateur n’hésite pas à la fin du film lors d’une présentation à mettre un extrait d’une archive personnel où il joue.

De prime abord, le schéma du film est assez simple : trois personnages vont suivre une trajectoire linéaire comme dans un road-movie classique. Pourtant le film qui est justement positionné sur le questionnement de la fabrication de l’histoire oscille entre, au début, une romance, après la révélation du secret d’Indre – un polar, puis un road-movie et enfin quand on s’aperçoit de la nature manipulatrice du réalisateur dans l’histoire – un thriller énigmatique. Enfin de compte, Zabarauskas nous embarque dans un vrai film d’auteur en pointant les moments cruciaux dans la naissance d’une histoire, comme par exemple un drame, mais ce drame arrive t-il à cause du conflit entre les personnages, est-il provoqué par le réalisateur ou alors est-il voulu par le spectateur ? Au fil de l’histoire, le spectateur est amené à se poser ces questions.

Est-ce un film féministe ?

Dans le cinéma d’aujourd’hui, les personnages féminins complexes sont assez rares. Le plus souvent ils prennent l’apparence de Carlos, le petit copain du Romas fictionnel, le jeune bellâtre escort boy qui ne connait pas la langue, parle un anglais cassé et ne se contente que d’accompagner « son maître ». Indre, le personnage féminin, entre dans le film comme une comédienne frivole avec une robe rose et des gants de velours qui cachent ses mains ensanglantées. La comédienne qui joue ce personnage Irina Lavrinovic a l’occasion déployer toute une panoplie d’émotions et de facettes qui caractérise Indre, célèbre comédienne la proie de ses ambitions et avide de gloire et de reconnaissance.

De plus de ce personnage complexe, l’auteur du film fait dire en voix-off extra diégétique un texte important sur les théories de créations d’histoires par la voix d’Indre, lui attribuant ainsi une présence importante et omnisciente en faisant ainsi la responsable de déroulement de l’histoire principale. En approchant du dénouement, la voix nous dit qu’aujourd’hui la forme dominante de création d’une histoire est une forme patriarcale, car le point culminant de celle-là est la métaphore de l’éjaculation. Alors, la voix propose d’autres formes de l’histoire : expérimentales ou néolibérales, procurant de cette manière une occasion au spectateur de créer sa propre histoire, envisager ainsi la fin de récit de Romas, car sur la vidéo enregistrée et montrée à la projection finale, dont on ne voit que des bribes mais dont on entend des sons pourraient suggérer plusieurs interprétations.

L’échappée amoureuse, deuxième long métrage de Romas Zabarauskas, frappe non seulement par son originalité, mais se démarque par une qualité de mise en scène et une véritable maturité de réflexion sur l’image et la forme en s’inspirant de la Nouvelle Vague, notamment des films de Jean-Luc Godard. Romas Zabarauskas est un jeune cinéaste singulier et prometteur dont nous attendons les prochains films avec impatience.

Rita Bukauskaite

A lire notre Entretien avec Romas Zabarauskas.

L’échappée amoureuse est édité en DVD par Optimale avec en bonus un sympathique entretien riche d’informations avec Romas Zabarauskas (9 minutes) et un making-of hélas bien trop court (3 minutes).

L’échappée amoureuse (Nuo Lietuvos Nepabégsi / You Can’t Escape Lithuania) un film de Romas Zabarauskas avec Denisas Kolomyckis, Irina Lavrinovic, Adrian Escobar, Vaidas Baumila, Justé Arlauskaité-Jazzu… scénario : Romas Zabarauskas. Image : Narvydas Naujalis. Direction artistique : Giedré Valeisaité. Costumes : Virginija Valeisaité. Montage : Domas Petronis, Gintare Sokelyte. Musique : Evaldas Azbukauskas. Producteurs : Romas Zabarauskas & John Flahive. Production : lhuNaratyvas – Ciobreliai – Wavelength Pictures LTD. Lituanie. 2016. 80 minutes. Ratio image : 1.85 :1. Couleur. Stéréo. Sélection officielle Chéries Chéris Festival LGBTQ+ Paris, 2016. Tous Publics.

Les commentaires sont clos.